Entre l’heure bleue et l’heure dorée
  • Post category:Portfolio

En extérieur, le choix de l’heure

Le choix de la lumière, de l’éclairage est essentiel pour réussir une prise de vues. C’est cet éclairage qui va donner l’ambiance de la scène.

Selon l’heure de la journée, les parties de paysage, d’un visage ou de tout autre sujet seront éclairées différemment. La source lumineuse, le soleil sera sur le côté, devant, derrière aux heures extrêmes (matin ou soir). Dans la journée, ce sera un éclairage vertical. Avec un lever ou un coucher de soleil, l’éclairage sera plutôt horizontal avec de jolies teintes orangées. Un effet “rasant” augmentera l’effet de relief. La luminosité sera plus douce.

En journée, la lumière est plus directe, il y aura peu d’ombres. La texture et le relief des sujets ne seront pas mis en valeur. En plein soleil, le contraste sera très élevé.

Le choix du temps

Que l’on choisisse un jour de soleil, de pluie ou d’orage, les résultats peuvent être excellents… à condition que ce soit un choix délibéré. En effet, l’ambiance de l’image sera très différente selon le temps. Au delà des couleurs et de la luminosité, l’aspect du sujet photographié prendra un aspect très différent. Les ombres, le relief dépendent de la source de lumière. De gros nuages noirs masquant partiellement le soleil pourront être utilisés par exemple pour “diriger” la lumière, l’orienter, la filtrer.

La saison est aussi à prendre en compte

La végétation avec ses couleurs particulières vont modifier l’aspect d’un paysage. La montage sous la neige, fleurie ou desséchée par les rayons directs du soleil n’ont pas le même impact sur l’observateur. Il en est de même pour les personnes qui seront vêtues différemment.

Il existe des moments privilégiés

Lorsque je choisis le sujet de mes photos, je choisi également l’atmosphère qui devra l’accompagner. C’est cette ambiance choisie volontairement, voire provoquée qui rendra la photo unique. C’est l’âme de l’image.

J’affectionne principalement les ambiances que je qualifie de banales (sans que ce soit péjoratif). En effet, une photo paraitra plus naturelle si on ne sent pas la “mise en scène”. C’est une photo prise sur le vif, sans préparation. Une photo de la vie quotidienne.

Certaines périodes de la journée ont des propriétés exceptionnelles. Comme tout ce qui rare, il ne faut pas en abuser pour lui conserver ce caractère particulier. Banaliser cette particularité lasserait le spectateur.

L’heure bleue

Très prisée des photographes, des artistes ou encore des cinéastes, l’heure bleue est ce lapse de temps qui sépare le jour de la nuit, où le ciel se remplit d’un bleu exceptionnel, plus sombre que le bleu du ciel le jour et qui offre des clichés aux couleurs magiques.

Causée par la diffusion de Rayleigh – diffusion de la lumière solaire par l’atmosphère  – l’heure bleue née lorsque le soleil s’est couché mais que la nuit n’est pas encore tombée, également à l’aube lorsque le soleil sommeille encore. Le temps se fige, le calme règne, les teintes bleues pâle colorent le paysage et le subliment

L’heure dorée

L’heure dorée est l’instant qui se situe entre le jour et l’heure bleue. La lumière devient de miel et le panorama semble emprunter des airs de conte de fée. Elle offre plusieurs caractéristiques particulièrement intéressantes pour les photographes : les ombres s’allongent, la lumière est moins dure et sculpte magnifiquement le sujet, enveloppant le tout d’une ambiance chaude et feutrée.
L’heure dorée se présente après le lever du soleil, ou avant son coucher.

Entre l’heure bleue et l’heure dorée

J’avais depuis longtemps l’idée de photographier entre l’heure bleue et l’heure dorée. Cet instant ne dure que quelques minutes et son effet est progressif. En effet, le matin, le soleil se lève à l’est et la nuit bleutée disparaît à l’ouest. Le soir, c’est l’inverse. Durant un lapse de temps très court, le paysage est éclairé (faiblement) par une lumière orangée d’un côté et bleue de l’autre. Les couleurs se mêlent en fonction du relief.

La réalisation, un défi de taille

Plusieurs difficultés se posent alors pour réaliser la prise de vues. Je dois choisir un endroit qui permette de voir le paysage éclairé par les deux sources lumineuses en même temps. Il me faut donc bien choisir l’orientation. 

L’autre difficulté majeure est le manque de luminosité. Le paysage est faiblement éclairé. Le choix de mon sujet s’étant porté sur des vagues sur une mer agitée, la pause longue était exclue. Il m’a donc fallu sélectionner la bonne période : ciel dégagé, mer agitée et naturellement l’instant situé entre l’heure bleue et l’heure dorée. En réalité, je ne dispose que d’une période dont la durée s”étend entre 3 et 5 minutes maximum pour shooter l’évènement. 

Vagues matinales

Binic et sa plage La Banche, face à la mer et orientée vers l'Est se prêtait bien à cette expérience. Dans la pénombre, les vagues s'enroulent. Le soleil va se lever en face et le bleu de la nuit s'estompe derrière moi.

En deux ou trois minutes, le paysage se colore puis passe du bleu à l'orangé et enfin perd progressivement ses magnifiques couleurs.

Un paysage fait de vagues tel qu'on ne peut jamais l'apprécie "en vrai". Trop bref, le mouvement des vagues, leur coloration, leurs formes figées ne peut s'apprécier que figé. C'est la technique qui nous permet d'appercevoir ce que la nature nous cache.

Laisser un commentaire